Combat Commander: 6 Juin 44, St Mère Eglise


Après pas mal de partie à notre actif sur le front Pacifique sur du "Combat Commander", nous avons décidé mon homologue de jeu et moi même, de prendre la direction de la zone Europe, avec la campagne de Normandie, parue dans le magazine C3I.

L'intérêt étant d'avoir un fil conducteur entre chaque partie, avec un impact, suivant victoire ou défaite de chaque protagoniste.

La campagne en elle même se découpe en 3 phases, la première, obligatoire, débute par le largage des parachutistes américains au dessus de St Mère. La  phase intermédiaire (la contre attaque) sera guidée par le choix du vainqueur (3 possibilités de scénarios), et il en sera de même pour le dernier affrontement (consolidation de l'avancée entre le 8 et 10 Juin avec à nouveau 3 choix)


Nous sommes donc au matin du 6 Juin, les premiers C-47 partis de la base de North Witham approchent des côtes du Cotentin, prêt à "parachuter" la 82ème (505th Parachute Infantry Regiment) au dessus de St Mère Eglise. Leur mission, s'emparer de la ville, la Fière, puis tenir la ligne défensive de Neuville à Baudienville.



La typologie du terrain est assez dense. Quelques artères principales entourées de champs, eux même entrecoupées de bocages (+2 pts de mouvement/ +2 à la protection au feu), avec au milieu, quelques habitations.




Les forces en présence

Coté US:
1 lieutenant et 2 sergents, 8 paras (6/4/5 "boxés"/ 8), ainsi qu'un mortier léger.

Coté Allemand:
1 lieutenant et 1 sergent, 3 rifles (5/4/4/7), un support d'arme (2/2/4/8), ainsi qu'une Heavy MG et light MG à attribuer. A compter du tour 2, viennent en renfort 1 caporal, 1 rifle avec 1 LMG.


Le setup est quelque peu particulier pour le joueur américain. Ses unités sont placées de façon totalement aléatoire, en retournant une carte et en ciblant l'hexagone indiqué dessus, afin de simuler le chaos et l'incertitude du parachutage. Si jamais l'unité est à portée de tir d'une troupe allemande, elle est automatiquement "démoralisée"...

Quelques règles spéciales viennent donner le "chrome" au scénario:
1/ Les alliées ne peuvent donner que 2 ordres jusqu'au tour 3
2/ Les allemands au tour 1 considèrent toutes leurs cartes de mouvement comme des cartes de confusion...

Mais rentrons dans le vif du sujet...


La 82ème saute sur le Cotentin...


Rapidement, mes troupes se concentrent dans la partie haute de la carte.





5 unités sont dans la même zone de largage, dont un officier ! Crucial pour l'activation de ses hommes par la suite...

Sans cela, une carte par unité doit être allouée, au lieu d'une seule pour le  leader qui ensuite, active ses effectifs à portée de commandement.

Allez savoir pourquoi, le Lieutenant Wray chuta à l'opposé de ses hommes...quant au Sergent White, juste à coté de l'église...en face de la défense allemande...




Le plan d'acheminement était assez simple, dans un premier temps, regrouper ses effectifs autour d'un officier, puis progresser sur les premières habitations au nord de la carte, pour pouvoir être en position d'attaque par la suite sur les bâtisses principales.


Mon unité de parachutiste égarée au Sud devait tenter de traverser une des routes, sous l'oeil bienveillant d'une HMG allemandes...




La mitrailleuse en position est capable de déboulonner n'importe quoi dans son champs de tir...avec ses 8 de facteur de tir...interdisant par la même les principaux axes d'accès.


Passé l'effet de la surprise, les allemands se ressaisissent, et abattent le sergent White, à peine a t'il atteint le sol Français. Reste que 2 officiers pour mener l'attaque...









Le sergent "Divine" s'empresse de rejoindre ses hommes afin de contourner la position allemande. (carte Move)


Après plusieurs échanges de feu, un "Time" surgit du paquet, ce qui pourrait signifier les renforts de mon adversaire. Je décide donc de lâcher l'initiative afin d'annuler la carte, et de cantonner les réserves allemandes à l'arrière pour plus tard.

Il faut croire que les communications n'ont pas été coupées à temps, car la deuxième carte qui vient après le "Time" est, ...est....un "Time"....

J'entends déjà le bruit des renforts dans la pénombre...



4 de mes unités parviennent a rejoindre les premières zones urbaines, emmenées par le sergent "Divine", sous plusieurs tirs d'opportunités...

La question est maintenant la suivante: comment franchir ce maudit bocage afin de prendre d'assaut l'objectif en G7 sans être pris sous le feu croisé des défenseurs et de la LMG positionnée le long de la route ? Sachant que les paras en 5 de mouvement, et que franchir du bocage compte déjà pour 2 pts de mouvement...



La solution viendra des grenades fumigènes allègrement dispersées le long de la route, et permettant le passage de deux de mes unités.



Et comme un bonheur ne vient jamais seul, un "Time" vient symboliser la fin d'un tour, éliminant par défaut le fumigène, fraîchement disposer...La réplique du joueur Allemand fût comme dire...immédiate, alignant un ordre de feu, et démoralisant d'un seul coup l'officier et l'unité sous son commandement. "ratatata ratatatata" comme dirais certain...




La chance avec les parachutistes, c'est qu'il démarre à 8 de moral, et une fois démoralisés, passe à 9 !

Ils accrochent bien le terrain. Je décide donc de jouer une carte de "recover", ce qui aura pour effet de regalvaniser l'unité,  à nouveau prête à porter l'offensive.



Après quelques jets de grenades et tirs de M1, le 1er bâtiment est sécurisé, m'allouant une partie des points de victoire. L'allemand commence à 14 contre 0 pour les Alliés. 


 Le deuxième périmètre de maison sera lui aussi sécurisé grâce à l'attaque coordonnée du Lieutenant Wray. (Celui la même qui était tombé à l'opposé complet de ses hommes...)



Le combat à été bref et soudain, grâce à 3 embuscades en main, réduisant la combativité adverse à néant.




Au final, 2 objectifs sur 3 d'atteints et un seuil de démoralisation franchit pour les forces allemandes, symbolisant la victoire Américaine.


Les combats ont été rudes mais St Mère est actuellement au main des forces Alliées.



 

Les 30 premiers points de la campagne sont donc du coté Américain. 


Mon adversaire ayant été vaincu fait un jet sur la table des "assets"afin d'avoir un bonus pour le prochain scénario et tombe sur "Enemy Confusion". En terme clair, ma défausse maximum pour le prochain engagement sera de 2 cartes au lieu de 5 habituellement.









Ayant réussi mon entrée sur les terres normandes, j'ai deux choix:  choisir le prochain scénario OU laisser la main à mon adversaire qui déterminera la suite du lieu de l'affrontement, et en contre partie, faire à mon tour un jet sur la table des "Assets".

Je décide la première option. Les américains tenteront de conserver St Mère Eglise de la contre attaque allemande. Scénario 6 "Paralyzed from the West Down"....

Merci à Laurent, mon adversaire pour la campagne

A suivre...









Texte de Jean Pax Mefret

Au grand matin du mois de juin,
Julien préparait le troupeau
Dans la cuisine, Marie-Martine
Venait d’allumer les fourneaux.

La vieille Louise était assise,
Elle réchauffait ses pauvres mains.
Lorsque dans Sainte-Mère-Église
Sont entrés les Américains.

Ils sont tombés du ciel
Comme s’ils avaient des ailes,
Ils apportaient un air de liberté.
Ils venaient de Virginie,
D’Oklahoma, du Tennesse,
Le jour le plus long les attendait ici.

Les Écossais se distinguaient
Marchant au son des cornemuses,
Dans les marais, les SAS anglais,
Progressaient souvent par la ruse.

Et les balises, dans la nuit grise,
Regroupaient tous les Canadiens,
Tandis qu’à Sainte-Mère-Église,
Avançaient les américains.

Ils sont tombés du ciel
Comme s’ils avaient des ailes,
lls apportaient un air de liberté.
Ils venaient de Georgie,
De l’Iowa, du Kentucky
Le jour le plus long les attendait ici.

Soldats des armées alliées
Tous unis pour nous délivrer,
Sur la Normandie,
Se levait le Jour J.

La vieille Louise était assise,
Elle réchauffait ses pauvres mains.
Lorsque dans Sainte-Mère-Église
Sont entrés les Américains.

Ils sont tombés du ciel
Comme s’ils avaient des ailes,
Ils apportaient un air de liberté.

Soldats des armées alliées
Tous unis pour nous délivrer.
Sur la Normandie,
Faut jamais oublier...
Qu’un jour à Sainte-Mère-Église,
Sont entrés les Américains !

Commentaires

Bon taf Stephane. JE suivrais les aventure du sergent "Devine" avec intérêt
Bon taf Stephane. JE suivrais les aventure du sergent "Devine" avec intérêt
moipasfou a dit…
J'veux jouer ! J'veux jouer !

Articles les plus consultés